Les mystères lumineux du rosaire

Les 5 mystères lumineux sont :

  1. Le baptême de Jésus
  2. Les noces de Cana
  3. L'annonce du Royaume
  4. La transfiguration
  5. L'institution de l'Eucharistie

Quand prier les mystères lumineux ?

En général lors du chapelet du jeudi. Sinon, quand on veut !

Pourquoi méditer les mystères lumineux ?

« Moi, je suis la lumière du monde.
Celui qui me suit ne marchera pas dans les ténèbres,
il aura la lumière de la vie. »

Jean 8, 12.

Lorsque l'on prie le chapelet, les mystères lumineux aident à la contemplation la vie publique de Jésus. En réalité, c'est toute la vie du Christ qui est lumière. Mais cela est particulièrement tangible durant les années de sa vie publique, lors de l'annonce du Royaume.

Ainsi, l'on peut prier les mystères de lumière pour se rapprocher de cette dimension publique de Jésus qu'il ne nous a pas été donné de vivre physiquement mais que l'on peut revivre spirituellement à travers la méditation du rosaire.

C'est passionnant !

On revit le baptême de Jésus qui est Dieu, Cana et son premier miracle rapporté, l'annonce du Royaume aux foules invitées à se convertir, l'étonnement des apôtres au moment de la Transfiguration du Christ en gloire, etc.

Les mystères lumineux : textes & méditations

Les références des textes sont indiquées en lien. Une fois que vous avez bien creusé le texte cité ici, n'hésitez pas à lire l'Évangile avant et après l'extrait pour vous imprégner du contexte. Vous varierez ainsi le contenu de votre méditation. Pas de risque de s'ennuyer.

1. LE BAPTÊME DE JÉSUS

premier mystère lumineux : le baptème de Jésus dans le Jourdain

Fruit du mystère : l’état de grâce baptismale

Alors paraît Jésus. Il était venu de Galilée jusqu’au Jourdain auprès de Jean, pour être baptisé par lui. Jean voulait l’en empêcher et disait : « C’est moi qui ai besoin d’être baptisé par toi, et c’est toi qui viens à moi ! »

Mais Jésus lui répondit : « Laisse faire pour le moment, car il convient que nous accomplissions ainsi toute justice. » Alors Jean le laisse faire.

Dès que Jésus fut baptisé, il remonta de l’eau, et voici que les cieux s’ouvrirent : il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et des cieux, une voix disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui je trouve ma joie. » Mt 3, 13-17

Toutes les références :

Un point de départ possible pour la méditation :

Voyez Jean, cousin de Jésus. Ils se connaissent déjà. Ils ont déjà du beaucoup parler ensemble. Jean prépare le chemin du Messie. Il pratique le baptême par immersion. Il préfigure le baptême dans l'Esprit que Jésus va instituer à ce moment là.

Il y a beaucoup de monde sur la berge du Jourdain. Vraiment beaucoup. Jean accueille ce que lui dit son cousin. Il accepte. Jésus reçoit l'onction de Dieu, l'Esprit. Voyez comme il est puissant ce baptême instauré par Jésus qui va ensuite appeler ses disciples à baptiser par toute la terre !

Ce baptême n'est pas anecdotique. Il est fondamental. En se plongeant dans l'eau, Jésus devait déjà savoir qu'il allait vers la mort de la croix. Il a passé 30 ans de vie cachée. L'annonce du royaume commence qui le mènera à Jérusalem sur le Golgotha.

Ce baptême, c'est déjà la rédemption !

2. LES NOCES DE CANA

Fruit du mystère : la confiance

Deuxième mystère lumineux : les noces de CanaLe troisième jour, il y eut un mariage à Cana de Galilée.

La mère de Jésus était là.

Jésus aussi avait été invité au mariage avec ses disciples. Or, on manqua de vin. La mère de Jésus lui dit : « Ils n’ont pas de vin. » Jésus lui répond : « Femme, que me veux-tu ? Mon heure n’est pas encore venue. »

Sa mère dit à ceux qui servaient : « Tout ce qu’il vous dira, faites-le. »

Or, il y avait là six jarres de pierre pour les purifications rituelles des Juifs ; chacune contenait deux à trois mesures, (c’est-à-dire environ cent litres). Jésus dit à ceux qui servaient : « Remplissez d’eau les jarres. » Et ils les remplirent jusqu’au bord.

Il leur dit : « Maintenant, puisez, et portez-en au maître du repas. » Ils lui en portèrent. Et celui-ci goûta l’eau changée en vin. Il ne savait pas d’où venait ce vin, mais ceux qui servaient le savaient bien, eux qui avaient puisé l’eau.

Alors le maître du repas appelle le marié et lui dit : « Tout le monde sert le bon vin en premier et, lorsque les gens ont bien bu, on apporte le moins bon. Mais toi, tu as gardé le bon vin jusqu’à maintenant. »

Tel fut le commencement des signes que Jésus accomplit. C’était à Cana de Galilée. Il manifesta sa gloire, et ses disciples crurent en lui. Jn 2, 1-11

Toutes les références :

Un point de départ possible pour la méditation :

Jésus a rassemblé ses premiers disciples. Ils sont invités en groupe à un mariage. Joseph, lui, n'est déjà plus là. Marie est invitée aussi. Elle a une confiance ÉNORME en son fils Jésus. Elle ne s'embarrasse pas des détails du "comment ?", elle va directement au "faites ce qu'il vous dira".

En soi, avoir du vin à un mariage, c'est mieux mais ce n'est pas un indispensable. La confiance en Dieu peut tout : même régler les petits soucis du quotidien.

Elle intercède Marie, elle intercède fort !

3. L’ANNONCE DU ROYAUME

Fruit du mystère : la conversion

Troisième mystère lumineux : l'annonce du royaumeAmen, amen, je te le dis : nous parlons de ce que nous savons, nous témoignons de ce que nous avons vu, et vous ne recevez pas notre témoignage.

Si vous ne croyez pas lorsque je vous parle des choses de la terre, comment croirez-vous quand je vous parlerai des choses du ciel ? Car nul n’est monté au ciel sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l’homme. De même que le serpent de bronze fut élevé par Moïse dans le désert, ainsi faut-il que le Fils de l’homme soit élevé, afin qu’en lui tout homme qui croit ait la vie éternelle.

Car Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne se perde pas, mais obtienne la vie éternelle. Car Dieu a envoyé son Fils dans le monde, non pas pour juger le monde, mais pour que, par lui, le monde soit sauvé.

Celui qui croit en lui échappe au Jugement ; celui qui ne croit pas est déjà jugé, du fait qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Et le Jugement, le voici : la lumière est venue dans le monde, et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises.

Celui qui fait le mal déteste la lumière : il ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dénoncées ; mais celui qui fait la vérité vient à la lumière, pour qu’il soit manifeste que ses œuvres ont été accomplies en union avec Dieu. » Jn 3, 11-21

Toutes les références :

Un point de départ possible pour la méditation :

Dans ce texte précis, Jésus s'adresse à Nicodème mais mettez-vous à la place d'un badaud ou bien d'un disciple.

Vous ne comprenez pas forcément toutes les paroles de Jésus. Le sens de certaines phrases vous échappe. Ce que vous comprenez c'est qu'il dit vrai.

Vous lui faites confiance et vous creusez les points qui vous paraissent encore obscurs. Il vous appelle à la conversion, à l'amour.

Car votre vocation, c'est l'amour.

4. LA TRANSFIGURATION

Fruit du mystère : la grâce d’une vie intérieure

Quatrième mystère lumineux : la transfigurationEnviron huit jours après avoir prononcé ces paroles, Jésus prit avec lui Pierre, Jean et Jacques, et il gravit la montagne pour prier.

Pendant qu’il priait, l’aspect de son visage devint autre, et son vêtement devint d’une blancheur éblouissante. Voici que deux hommes s’entretenaient avec lui : c’étaient Moïse et Élie, apparus dans la gloire. Ils parlaient de son départ qui allait s’accomplir à Jérusalem.

Pierre et ses compagnons étaient accablés de sommeil ; mais, restant éveillés, ils virent la gloire de Jésus, et les deux hommes à ses côtés. Ces derniers s’éloignaient de lui, quand Pierre dit à Jésus : « Maître, il est bon que nous soyons ici ! Faisons trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » Il ne savait pas ce qu’il disait.

Pierre n’avait pas fini de parler, qu’une nuée survint et les couvrit de son ombre ; ils furent saisis de frayeur lorsqu’ils y pénétrèrent. Et, de la nuée, une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils, celui que j’ai choisi : écoutez-le ! » Lc 9, 28-35

Toutes les références :

Un point de départ possible pour la méditation :

Visualisez les 3 disciples qui accompagnent Jésus. Ils marchent en montagne. Ils sont fatigués, très, très fatigués.

Pendant qu'ils prient avec lui, ils se rendent compte que quelque chose de grand est en train de se passer. Son corps et ses vêtements sont différents. Il est d'une grande lumière !

Mais voici que - plus fort - deux prophètes s'entretiennent avec lui. "Restons encore plusieurs jours ! Plantons la tente." dit l'un d'eux. Mais avant que la phrase ne soit finie... la même nuée que pour le baptême de Jésus les enveloppe.

Dieu est là, uni à Jésus. Et eux assistent à cela.

5. L’INSTITUTION DE L’EUCHARISTIE

Fruit du mystère : l’amour de l’Eucharistie

Cinquième mystère lumineux : Institution eucharistieJ’ai moi-même reçu ce qui vient du Seigneur, et je vous l’ai transmis : la nuit où il était livré, le Seigneur Jésus prit du pain, puis, ayant rendu grâce, il le rompit, et dit : « Ceci est mon corps, qui est pour vous. Faites cela en mémoire de moi. »

Après le repas, il fit de même avec la coupe, en disant : « Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang. Chaque fois que vous en boirez, faites cela en mémoire de moi. »

Ainsi donc, chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne. Et celui qui aura mangé le pain ou bu la coupe du Seigneur d’une manière indigne devra répondre du corps et du sang du Seigneur.

On doit donc s’examiner soi-même avant de manger de ce pain et de boire à cette coupe. Celui qui mange et qui boit mange et boit son propre jugement s’il ne discerne pas le corps du Seigneur. 1Co 11, 23-29

Toutes les références :

Un point de départ possible pour la méditation :

Jésus a expliqué qu'il allait devoir être livré. Les disciples ne sont pas d'accord. Pourtant, ils fêtent la Pâques. La salle a été préparée. Jésus avait même décrit très précisément comment il fallait trouver cette salle. Plus rien ne les étonne mais toutes les actions de Jésus les émerveillent !

Cette fois-ci, il leur a tous lavé les pieds (qui devaient pourtant être bien sales). Ce n'est pas normal, ça dépasse l'entendement, on est dans une autre dimension. Voyez Pierre qui dit à Jésus "Pas seulement les pieds mais la tête, le corps entier !" Voyez Jésus qui le regarde certainement en souriant et en aimant cette spontanéité.

Maintenant, il rompt le pain et sert le vin en parlant de son corps, de sa mort. De quel sacrifice parle-t-il ? A posteriori, ils comprendront. Ce sacrifice qu'il annonçait, c'était le sien.

Pensez au miracles eucharistiques.


Le chapelet du lundi et du samedi / Le chapelet du mardi et du vendredi
Le chapelet du mercredi et du dimanche